Actualités > Christian Kerez

A l'invitation de Louis Paillard (enseignant responsable du studio de licence "Le logement étudiant à travers la fenêtre") l'ensa Nantes reçoit en conférence Christian Kerez.

le 6 mars 2018, à 19h, dans l'auditorium.

Christian Kerez

Né en 1962 à Maracaibo, au Venezuela,Christian Kerez a obtenu son diplôme en architecture à l'Institut fédéral suisse de technologie de Zurich. Après s’être consacré à la photographie d’architecture et avoir publié de nombreuses images, il a ouvert sa propre agence à Zurich, en Suisse, en 1993.
Professeur invité en design et architecture à l'Institut fédéral suisse de technologie de Zurich en 2001, puis professeur en titre en 2003, il est professeur titulaire depuis 2009. En 2012-13, il a dirigé la chaire Kenzo Tange à l'Université Harvard de Cambridge.
Pour le pavillon suisse de la Biennale de Venise 2016, il a construit le projet "Espace Incidental".

Design approach

"Le bureau d'architecture de Christian Kerez a conçu ces dernières années de très grands projets dans différentes parties du monde. L'approche de base est d'une grande diversité. Le processus de conception d'un gratte-ciel en Chine est totalement différent de celui de l'extension d'une favela à Sao Paulo.
Il n'y a pas d'approche formelle, pas de préjugés esthétiques qui pourraient relier ces différentes tâches de construction. Au contraire, leur diversité est amplifiée et radicalisée par le processus de conception. La seule chose qui relie ces différents projets est une même compréhension de l'architecture.
Chacun de ces projets est considéré comme une recherche fondamentale, qui refuse les solutions déjà existantes et en même temps rejette l'attente d'une conception architecturale.
Chaque projet donne l'opportunité de chercher de nouvelles façons de poser des questions fondamentales sur l'architecture."

 

 

 

L’espace générique

"L’espace générique n'est déterminé par les architectes que partiellement et avec un nombre réduit de moyens, par exemple par le noyau et l'enveloppe.
Dans les immeubles de bureaux contemporains, l'architecte ne pose souvent que les préalables de l’expérience spatiale, alors que les utilisateurs ou les aménageurs prennent le rôle de l'architecte, parce ce sont eux qui décident en fin de compte des formes des espaces intérieurs.
Il est pourtant concevable que l’expérience de l'espace générique initial reste perceptible malgré tous les aménagements temporaires.
Cela signifie que les éléments architecturaux qui définissent cet espace doivent posséder une puissance et une dimension suffisante pour former un ensemble cohérent et marquant et affirmer une identité.

L'espace générique se caractérise par la relation tangible entre l'enveloppe et le noyau, respectivement entre la structure portante, la façade et les noyaux des ascenseurs, les escaliers et les installations du bâtiment. Car ce n'est que si cette relation est sans équivoque et lisible, si ces éléments présentent une relation claire d’interdépendance que l'espace générique peut encore être perçu indépendamment des aléas de l’aménagement intérieur.
La création d’un espace générique exige un travail sur les éléments constitutifs de l'architecture et respectivement sur leur interconnexion. Cette connexion est difficile et ne résulte pas automatiquement des spécifications habituelles des innombrables normes, de la rentabilité ou des contraintes techniques.
L’espace générique est courant, mais nous n’en faisons que rarement l’expérience. La plupart des bâtiments conçus en fonction de critères de flexibilité devraient être caractérisés par une absence totale de définition, comme des espaces sans qualités.

La conférence explore les possibilités de faire de l’espace générique une expérience spatiale."