actualités > Rentrée 2015

Les S1 dansent

De Vitruve à la Corbusier, de Frederic Kiessler à Frank Gerhy, le rapport physique à l’architecture est une constante. Elément de mesure mais aussi instrument de préhension de l’espace, la relation entre corporéité et pratique de l’espace est décisive dans les décisions en jeu dans la conception architecturale. Les échelles mais aussi les choix esthétiques découlent de cette corrélation.

Le grand atelier qui est proposé aux étudiants de première année consiste à éprouver cette expérience fondatrice, approche « originelle et spatiale » pour inaugurer le cursus d’études.
Traversées, marches, visites guidées à l’aveugle, écritures automatiques mais aussi prises de conscience corporelle, expériences pondérales, rythmiques et musicales sont les pratiques chorégraphiques « sauvages » qui sont proposées aux 150 étudiants de première année.
Il s’agit d’entrer dans un cycle d’études par la double porte du corps et du bâtiment physique de l’école en ouvrant largement les modes d’appréhension qui permettent de traiter l’architecture comme un art vivant et poétique.
Il s’agit aussi de « rencontrer » l’école, son activité, ses résidents, de façon sensible.

Les 150 étudiants sont « entraînés » par Emmanuelle Huynh, danseuse et chorégraphe, Katerina Andreou et Nuno Bizarro, danseurs.
Une restitution finale sera donnée vendredi après-midi. Elle débutera à 14h30 et se poursuivra par une déambulation dans l'école, de 14h à 16h.

Les S3 conçoivent et construisent

L'atelier "Volume" (Marie-P Rolland, Remy Jacquier, Jean-François Karst, Romain Boulay, Eric Gouret) s'associe cette année à Gianni Petena, artiste associé.

L'objectif assigné aux étudiants de seconde année par les enseignants est de travailler sur les notions de mobilier, de sculpture et d’architecture, donc aussi de volumes, d'hybridation, d'assemblage, de collage,...
Il s'agit par ce moyen de s'interroger : à quel moment parle-t-on d’architecture ? de mobilier ? de sculpture ?
L’atelier s’inscrit complètement dans la pédagogie. Il fait l’objet d’une validation, sous forme d’un contôle continu tout au long de la semaine et d’un rendu final le dernier après-midi, vendredi, à partrir de 14h, Place centrale.

Les travaux des étudiants resteront visibles toute la journée du samedi.